L'actualité Phyto Compagnon

Retrouvez ici toute l'actualité de nos amis les animaux sous forme d'articles.
Retour

LE « NON » : POURQUOI ET COMMENT S'EN PASSER ?

26 juin 2018 - Éducation canine

Le « NON » est encore beaucoup utilisé par de nombreux propriétaires de chiens, il leur est même parfois conseillé comme étant le « tout premier apprentissage indispensable pour un chiot ! ».

Et pourtant, il y a plein de raisons de vouloir s’en passer…

LE « NON » : POURQUOI ET COMMENT S'EN PASSER ?

Le "non", et pourquoi s'en passer ?

C’est un inhibiteur : il bloque votre chien dans son action, mais il ne lui apprend pas ce qu’il doit faire à la place.
C’est pourquoi, bien souvent, vous devez répéter ce « NON » car votre chien reproduit régulièrement la même bêtise.

Certains chiens sont tellement habitués à ce mot, que les propriétaires doivent le répéter plusieurs fois, sur un ton de plus en plus menaçant !


 
Imaginez. Vous et moi, on est des nouveaux colocataires.
 
Je suis dans l’appartement depuis quelques mois déjà, et j’ai mes petites habitudes !
 
Mais il y a une particularité à cette situation : on ne parle pas du tout la même langue ! On peut seulement communiquer par nos gestes et nos émotions.
 
Vous venez de terminer votre première journée de boulot, et vous rentrez dans l’immeuble.
 
Vous entrez ensuite dans l’appartement, vous refermez la porte et je vous accueille en fronçant les sourcils avec un « NON ! ». Vous ressortez et réfléchissez à ce qui a pu poser problème.
 
Vous retentez : cette fois, vous toquez avant d’entrer. Encore une fois, vous recevez un « NON » et vous ressortez.
 
Voici toutes les étapes que vous ajoutez au fil de vos essais :
- Vous attendez que je vienne vous ouvrir après que vous ayez toqué : « NON ! »
- Vous vous essuyez les pieds sur le paillasson avant d’entrer : « NON ! »
- Vous me saluez dans votre langue avant d’entrer : « NON ! »
- Vous retirez vos chaussures tout de suite après être entré : « NON ! »
- Vous entrez, vous retirez et rangez vos chaussures directement dans le meuble prévu pour cela : « NON ! »
- Vous refermez la porte à clé derrière vous : « NON ! »
 
Quelle est la solution ? Je vous assure que ce n’est pas de changer de colocataire ! Prenez quelques secondes pour y réfléchir…
 
Maintenant, je vais vous donner la solution : il fallait retirer votre veste et vos chaussures AVANT d’entrer.
 
Comment auriez-vous pu deviner ? Comment auriez-vous pu continuer à proposer des solutions alors que je vous décourageais un peu plus à chaque essai avec mes « NON » ?
 
Ne me demandez pas pourquoi j’ai choisi cette règle.
C’est tout autant incompréhensible pour un chien à qui l’on interdit de vider la mousse du canapé (pourtant c’est sacrément fun, et le chien n’a pas la notion de l’argent !) ou d’aller vider la poubelle (alors qu’elle est pleine de « trésors » !).
 
Ils ne pourront jamais comprendre la raison de ces règles, mais ils pourront apprendre qu’il y a mieux à faire : vider la mousse de ses propres peluches, c’est autorisé et c’est tout aussi fun que de vider celle du canapé !
Faire des jeux de recherche avec des friandises dans un tapis de fouille, c’est ok et c’est tout aussi sympa que de fouiller dans la poubelle !

Le "NON ! " peut (parfois) stopper, mais...

  • Vous ne lui apprenez pas ce qu’il faudrait faire à la place, donc il y a de fortes chances qu’il reproduise le même comportement un petit peu plus tard.
 
  • Vous restez sur quelque chose de négatif, sur un rapport de force. Il est très difficile de passer d'un « NON » (voix ferme) à un « Ouiiiii ! » (voix enjouée). Et pourtant, le chien reste toujours sur la dernière action qu’il a faite, alors il devrait être félicité pour avoir écouté votre « non ».

 
  • Le chien obéit parce qu’il est intimidé. N’est-ce pas plus agréable un chien qui vous écoute parce qu’il est motivé ?
 
  • Vous risquez de détériorer votre relation en créant des réactions de peur/évitement en réaction à votre « NON », surtout si votre chien est sensible.
 
  • Si vous avez un chien difficile à impressionner : ça ne le stoppera même pas dans son action ! Il ne s’intéressera pas à vous et il continuera son mauvais comportement.

Comment remplacer le " NON ! " ?

Lorsque votre chien produit un comportement qui vous semble mauvais, guidez-le vers ce qu’il pourrait faire de mieux !
Ainsi, vous pourrez le féliciter dès qu’il a le bon comportement. Vous renforcez votre relation, et vous lui apprenez à faire les bons choix.
 
Imaginez que votre chiot fait pipi à l’intérieur, sur votre tapis de salon. Vous lui dites « NON » !
 
Voici ce que peut comprendre votre chiot :
  • Je n’ai pas le droit de faire pipi sur ce tapis, il faudra que je fasse plutôt sur le carrelage.
  • Je n’ai pas le droit de faire pipi quand j’entends cette voiture klaxonner dehors.
  • Je n’ai pas le droit de faire pipi en regardant le sol en même temps.
  • Je n’ai pas le droit de faire pipi par terre, il faudra que je me mette sur le canapé la prochaine fois.
  • Je n’ai pas le droit de faire pipi devant les humains, je me cacherai la prochaine fois.
  • Je n’ai pas le droit de faire pipi avec ma balle dans la gueule.
  • Ou juste : je n’ai pas le droit de faire pipi…
  • Etc. Il y a tellement de choses que votre chiot peut associer à ce « NON », selon ce qui se passe dans l’environnement.

Pour que votre chiot arrête de faire pipi sur ce tapis, il va falloir lui montrer le bon comportement à avoir : vous allez le récompenser à chaque fois qu’il fait pipi dehors. Vous allez le surveiller et anticiper pour le sortir au bon moment, avant qu’il ne fasse à l’intérieur, surtout quand il s’approche de ce fameux tapis !

Quelques situations où remplacer le "NON"...

Voici quelques exemples de situations où l’on peut remplacer le “NON” par un mot bien précis :
  • Votre chien monte sur la table pendant le repas : apprenez-lui « tu descends ».

 
  • Votre chien aboie car il a entendu la sonnette : « silence ».

 
  • Votre chien tire en laisse : « doucement ».
 
  • Votre chien s’apprête à manger des poubelles dans la rue : « tu laisses ».
 
  • Votre chien va sur la route : « trottoir ».
 
  • Votre chien s’apprête à aller dire bonjour à une personne inconnue : « tu laisses ».
 
  • Votre chien vous saute dessus : « assis ».
 
  • Etc.
 
En faisant cela, vous enrichissez le vocabulaire de votre chien. Vous aurez beaucoup plus de facilités à vous faire comprendre en toutes situations car il aura appris plein de nouveaux mots !
 
Et en plus, vous pourrez féliciter votre chien car il a écouté votre demande ! Vous restez sur quelque chose de positif qui améliore votre relation.
 
Un dernier exemple :
 
Vous avez un chien très gourmand.
Il trouve des poubelles dans un endroit inaccessible pour vous, il se met à les manger pendant que vous lui criez « NON » sur le ton le plus ferme possible. Il y a peu de chance qu’il abandonne son « trésor », ça ne vaut pas le coup ! Il sait que vous ne pouvez pas l’atteindre de toute façon.
 
Par contre, avec un « tu laisses ? » bien acquis, vous retiendrez plus facilement son attention car il sait que s’il renonce aux poubelles, il ne sera pas perdant : vous serez content de lui, il aura des félicitations, et peut-être même une délicieuse friandise pour compenser le fait qu’il a abandonné quelque chose de très appétissant pour lui.
 
Alors, si vous avez l’habitude de dire « NON », faites-le suivre d’une demande précise. Montrez à votre chien ce qu’il peut faire à la place, vous n’avez pas besoin de parler sur un ton ferme. Ne l’intimidez pas.

Encouragez, guidez, félicitez, récompensez.

Et naturellement, vous finirez par abandonner le « NON » qui vous semblera alors totalement obsolète…
 

Eloïse, Connexion Canine.

www.connexioncanine.fr

  Paiement     Sécurisé
Tweets de @PhytoCompagnon